• Les yeux rouges de Myriam Leroy

    Je ne connais pas Myriam Leroy et je ne savais donc pas qu'il s'agissait d'une auteure belge.

    Grâce à Manika  qui participe pour la deuxième fois à mon challenge "Je lis belge", je découvre cette auteure, vous aussi peut-être. 

    Une jeune femme reçoit un message sur Facebook. C'est l'amorce d'un piège suffocant...

    Mais allez plutôt voir chez Manika (en cliquant sur son nom) pour avoir un résumé de l'histoire et voir ce qu'elle en pense. 

    Merci Manika pour cette participation à mon challenge. 

    Les yeux rouges de Myriam Leroy

     


    3 commentaires
  • L'été dernier, j'ai été subjugué par un jardin extraordinaire : celui de Béné. En quelques photos, il me sera difficile de vous montrer toutes les merveilles qu'il contient, mais je vais essayer de vous donner envie de visiter ce jardin cette année. Il sera ouvert au public le 7 juin 2020.

    béné 1

    béné 3

    Les stars du jardin sont les roses, mais vous trouverez bien d'autres vivaces qui colorent le jardin. 

    béné 6

    béné 10

    béné 12

    Un magnifique kiosque reçoit son lot de rosiers ! 

    béné 23

    béné 24

    Partout, des roses. Le visiteur ne sait où poser le regard ! 

    béné 39

    Au premier plan d'un massif, une jolie fleur bleue a attiré mon regard : veronica austriaca 'Knallblau'. J'adore ! 

    béné 45

    De la terrasse, la vue sur le jardin est superbe ! Moi, je m'assieds là, je contemple et je ne bouge plus ! 

    béné 51

    Pour joindre Béné, vous pouvez vous rendre sur son blog en cliquant sur son nom ou vous pouvez la retrouver sur FB : Bénédicte Louis. 


    13 commentaires
  • Tu es si belle d'Eva Kavian


    Voici la première participation à mon challenge "Je lis belge" de Manika que je remercie ici pour sa participation. 

    Il s'agit d'une auteure que je n'ai pas encore lue avec un roman fort parlant d'agressions sexuelles sur mineures. 

    Pour voir ce que Manika a pensé de ce livre, cliquez sur son nom. 


    votre commentaire
  • desguin.jpgCela fait une dizaine d'années que j'ai rencontré Carine-Laure. 

    A cette époque, un petit livre jaune se promenait de droite à gauche. Son titre : Rue Baraka. 

    Comme je suis très curieux, j'ai voulu voir ce que racontait ce petit bouquin et j'ai été séduit par l'écriture de son auteure. Cette demoiselle qui ne quitte jamais son couvre-chef et ses mitaines m'a entraîné dans une jolie histoire.

    Résultat de recherche d'images pour "rue baraka carine laure"

    En 2015, le Box Théâtre oralisait cette jolie histoire sur scène. J'étais présent. 

    En dix ans, j'ai rencontré Carine-Laure plusieurs fois, par hasard parfois, dans des interventions littéraires programmées également. Pourrais-je dire que nous sommes devenus amis? 

    Carine-Laure est aujourd'hui lauréate de plusieurs prix littéraires. Elle écrit dans tous les domaines : nouvelles, romans, théâtre, poésie et même textes pour chansons ! 

    Je viens de lire deux petits bouquins "Putain de pays noir" et "Le transfert".

    Résultat de recherche d'images pour "putain de pays noir"Putain de pays noir. 

     Ce livre est un opuscule (je vous parlerai de cette collection plus tard). Il contient une seule nouvelle de 5000 mots, ce qui fait environ 10 pages A4. 

    Carine-Laure habite Charleroi et sa ville tient une grande place dans sa vie. L'histoire qu'elle nous raconte ici se passe dans ce pays noir qu'elle affectionne. 

    Un jour de défonce, Jérémy, un jeune toxicomane, frappe son père. Lors de sa fuite, il va rencontrer Angel, une droguée également.

    Texte noir, étrange, univers de bistrot, de misère, de drogue, sorte de road movie dans les rues de Charleroi...

     

    Résultat de recherche d'images pour "le transfert carine  laure"Le transfert.

    Je n'ai pas l'habitude de lire des pièces de théâtre, mais, comme tout ce qu'écrit Carine-Laure m'intéresse, j'ai fait une entorse à la règle. Et je me suis pris à aimer les dialogues notamment entre un clown qui exerce dans un hôpital et un malade qui ne rit jamais. Il est d'ailleurs atteint d'une grave maladie : le non rire ! 

    Une pièce en trois actes, un peu déjantée, qui a été mise en voix également par le Box Théâtre. 

    Carine-Laure au pays du surréalisme...

     


    11 commentaires
  • Beaucoup de gens se rendent dans la rue Neuve, à Bruxelles; cette rue piétonne bordée de nombreux magasins en attire du monde, au moment des soldes notamment !

    Mais combien de ces touristes d'un jour savent qu'il suffit de faire quelques pas en empruntant une ruelle pour se trouver sur une petite place tranquille. Cette ancienne "Place de la Blanchisserie" a été renommée "Place des Martyrs" en l'honneur de tous ces gens qui sont morts lors de la révolution de 1830 pendant laquelle nos citoyens ont chassé les Hollandais de la Belgique. 

    Place des Martyrs

    Au centre de cette jolie place se trouve le monument dédié à ces héros de la révolution. 

    La Patrie, placée sur un énorme piédestal, est représentée par une femme qui grave sur une plaque les dates des 23 au 26 septembre 1830. Le 27 septembre, la Belgique devenait indépendante. A ses pieds est couché un lion libéré de ses chaines.

    Place des Martyrs

    Aux angles du monument trônent quatre anges qui veillent sur les 445 morts qu'abrite la crypte. 

    Place des Martyrs

    Sur les faces du soubassement, on peut voir quatre bas-reliefs, tous en rapport avec ces journées de septembre. Sur celui-ci, le doyen de Sainte-Gudule bénit les tombeaux le 4 octobre 1830.

    Place des Martyrs

    La place rend également hommage au comte Frédéric de Mérode, blessé en octobre 1830 et mort de ses blessures peu après. La statue ne le représente pas, lui, mais un volontaire de 1830.

    Place des Martyrs

    La place rend également hommage à Jenneval, l'auteur des paroles de la Brabançonne. Il tomba à Lierre en 1830.

    Voilà une jolie place symbolique à ne pas rater lorsqu'on dépense son argent dans la rue Neuve. 

    En plus, pour ceux que ça intéresse, une belle librairie de livres neufs et d'occasion est implantée sur la place. 

    infos : ecoles.cfwb.be

     

     


    10 commentaires