• Le spectateur par VanosUne fois encore, Virginie Vanos m'a proposé de lire un de ses romans. Comme j'avais bien aimé "Anna Plurielle", "Negombo" et "Rageur", j'ai accepté tout de suite. 

    J'aime bien le fait que Virginie Vanos écrive des choses très différentes sur des thèmes très différents. 

    Ici, il s'agit d'un psychiatre qui tombe amoureux fou d'une reporter plutôt ambigüe. 

    Le lecteur ne sait pas trop ce que la jeune femme veut. Le psy, lui, n'ose pas trop s'approcher de celle qu'il aime. Il a bien trop peur de la perdre et puis, le côté éthique, ne lui permet pas d'avoir une relation avec sa patiente. 

    "Le spectateur" est un roman psychologique, simple, qui se lit facilement. Les personnages sont bien construits avec chacun leur propre personnalité qu'on découvre au fil du récit. 

    L'amitié a également sa place dans le récit avec les collègues du psy qui n'a pas d'amis en dehors de son travail. Il s'agit plutôt d'un type solitaire. 

    La lecture de ce récit est agréable, mais il m'a manqué un petit quelque chose, un peu de mouvement, d'actions pour y adhérer à 100%. 

    Des 4 livres que j'ai lus, celui-ci n'est pas mon préféré, mais j'ai beaucoup aimé le style de l'auteure, comme d'habitude. 

     


    4 commentaires
  • Laurence Amaury a plusieurs cordes à son arc. 

    Elle a d'abord été professeure, puis bibliothécaire/documentaliste. C'est de ses deux métiers qu'elle a tiré, sans doute, toute cette érudition qu'on remarque dans ce livre dont je vais vous parler plus bas. 

    Laurence Amaury de son vrai nom Jeannine Abrassart a publié plusieurs recueils de nouvelles aux titres aussi étranges que "La robe en soie bleue ensablée", "Escales en Absurdie" ou "Le vertige empaillé" dont je vous ai déjà parlé sur mon blog littéraire. Il faut dire que Laurence ne choisit pas vraiment le titre de ses livres. Disons qu'ils lui sont suggérés dans un demi-sommeil ! 

    Laurence a un style parfait, un vocabulaire étendu (le dictionnaire n'est pas inutile lors de la lecture des ses écrits) et fait référence, aussi bien dans ses nouvelles que dans le livre que je vais vous présenter) à des chansons comme à des livres dont beaucoup me sont inconnus. Une incitation à la lecture et à la découverte d'auteurs inconnus ! 

    Je me suis permis, un jour, d'écrire une suite à une de ses nouvelles, un texte que j'ai osé envoyer à l'auteure qui l'a très bien acceptée. 

    Laurence a été présidente de "Clair de luth", un cercle littéraire montois. 

    Laurence est également une poétesse de premier ordre ! 

    Mais bon, parlons de ce livre au titre plus que bizarre "Un Verbe dans sa Joconde"

    Ne vous interrogez pas trop sur le titre. Son auteure l'a fait en fin de récit. Puisque les titres lui sont "offerts" par une instance inconnue lorsque Laurence est à moitié endormie, il a fallu qu'elle-même réfléchisse au sens profond de ces mots ! 

    "Un verbe dans sa Joconde" n'est pas un recueil de nouvelles. Ce n'est pas un roman non plus. Ce n'est pas un essai. S'il faut vraiment classer ce livre dans une catégorie, je lui donnerai le titre de "récit de vie". 

    Le confinement actuel ne doit pas déplaire à Laurence qui adore rester seule dans son appartement, voyager en rêves, écrire et lire en écoutant de la musique classique. 

    L'auteure montoise a été obligée, par ordre médical, de rester enfermée chez elle afin de se reposer le plus possible. Qu'à cela ne tienne ! Laurence a décidé de voyager...à travers les différentes pièces de son appartement.

    Elle fait découvrir à ses lecteurs les différents objets (souvent hétéroclites, il faut bien le dire) qui s'y trouvent. Souvenirs de voyage côtoient cadeaux en tout genre ou héritages de personnes disparues. Il suffit à Laurence de regarder un de ses meubles ou objets de déco ou encore un tableau ou une photo pour que son cerveau se mette en branle, que les souvenirs affluent ou que son esprit s'envolent dans des élucubrations dignes du plus grand philosophe. 

    Dans ce livre, Laurence cite beaucoup d'auteurs qu'elle a lus et relus. Elle s'interroge sur la société actuelle et, il faut bien le dire, tire parfois des plans sur la comète ! 

    Une chose est sûre, après lecture de ce livre, le lecteur n'a qu'une envie : être invité dans cet appartement pour y découvrir ces objets récupérés, détournés de leurs fonctions originales, ce décor fait de bric et de broc que Laurence décrit avec précision, et pourquoi pas être invité à une de ces soirées de "nobles fauchés" dont elle a le secret. 

    Merci, Laurence, pour ce voyage, non pas en Absurdie, mais immobile. 

    Il ne me reste plus qu'à vous parler de la couverture que je trouve vraiment très belle et attractive. J'oubliais d'ailleurs de vous dire que Laurence a un petit faible pour les phares que l'on retrouve dans toutes les pièces de son appartement. Mais j'oublie bien des choses ! Pour en savoir plus et gouter à l'écriture parfaite de Laurence, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

     


    4 commentaires
  • Je vous ai déjà parlé de Marcelle Pâques, une de nos poétesses hennuyères ici pour son recueil de nouvelles "Bordélique alchimie".

    Publier un livre avec Le Livre en papier - Et si tout était ...

    Voilà un certain temps que je connais Marcelle Pâques pour l'avoir rencontrée, à plusieurs reprises, dans des foires du livre. Elle a réussi à me charmer par ces poèmes, moi qui n'apprécie pas plus que ça cet art littéraire. 

    Après avoir publié plusieurs recueils et un album pour enfants, Marcelle a décidé de se lancer dans la nouvelle, un art à part entière, qu'elle exerce aussi avec talent. 

    Ses textes sont courts. Moi, je préfère, en général, les nouvelles plus longues qui permettent au lecteur d'entrer dans la psychologie des personnages ou au moins du personnage principal. 

    Et pourtant, les textes de Marcelle font mouche. Si les nouvelles sont courtes, elles surprennent le lecteur, font partie de la vie et se terminent de façon magistrale. Tous ceux qui écrivent des nouvelles savent que la chute est la plus difficile à écrire. Il faut qu'elle surprenne le lecteur, qu'elle soit inattendue et Marcelle y est arrivée. 

    Une femme aux multiples talents ! 

    Et j'oublie de vous parler de la couverture du recueil que je trouve magnifique ! 

    Challenge réussi, Marcelle ! 

     


    7 commentaires
  • J'ai rencontré Virginie Vanos grâce au site Simplement Pro. J'ai postulé pour la lecture d'un de ses romans puis d'un deuxième, puis d'un troisième. C'est que j'ai très vite accroché au style de cette auteure bruxelloise. 

    Après avoir terminé les humanités classiques, elle a fait un graduat en arts de la scène. Elle s'est alors retrouvée sur les planches et devant la caméra. 

    Aujourd'hui, elle vit de ses prestations en tant que modèle, photographe et auteure de romans.

     

    Anna a déjà eu des dizaines de vie. Il lui en reste 6 à vivre. Elle est décédée à 21 ans.

    Son ange gardien incarné dans son nounours lui donne des missions à accomplir. Elle devra voyager à travers le monde et le comprendre, vivre une grande histoire d'amour et avoir et diffuser une pensée philosophique qui fera avancer le monde. 

    Chaque vie débutera à l'âge de 21 ans et elle s'appellera toujours Anna. De plus, elle se souviendra toujours des conversations qu'elle a eues avec son ange gardien. 

    On retrouve donc notre héroïne un peu partout dans le monde, vivant des vies diamétralement opposées. Anna est attachante sous ses diverses personnalités et il est facile pour le lecteur de s'identifier à elle. 

    Résultat de recherche d'images pour "rageur + virginie vanos"

    "Rageur" parle des réseaux sociaux et de leurs dérives, du sexisme, de l'antiféminisme, du cyber harcèlement, de racisme, de haine. 

    "Rageur" c'est Benjamin Neveu, dit Red Red Rex, un gamin de 27 ans qui vit seul avec sa mère et est d'une rare oisiveté. Il ne vit que pour sa chaine Youtube qui lui sert à exprimer sa haine envers les femmes, les étrangers, les homosexuels,...

    Un jour, il s'en prend verbalement à une boxeuse, Audrey Delvaux. Mauvaise idée car celle-ci réplique en lui donnant une paire de baffes ! 

    Il ne fallait pas humilier le grand Red Red Rex ! La vie d'Audrey va tourner en cauchemar ! Aidé par ses potes tous aussi tarés que lui, il va s'attaquer à la vie et à la famille de la boxeuse. 

    Il tombe alors dans le collimateur de la police... Il faut absolument arrêter Ben dans ses délires ! 

    Negombo par Vanos

    Jenny Colomb a tout pour être heureuse : elle a un mari qu'elle aime et un métier qui lui apporte du plaisir. Elle est écrivain et a déjà publié l'un ou l'autre livre au succès important. Pourtant, Jenny s'ennuie. Elle divorce tout d'abord trouvant que la relation qu'elle a avec son mari ne lui apporte rien. Cette séparation lui vaudra des quolibets, des insultes et des menaces.

    Jenny décide don de tout plaquer et s'enfuit au Sri Lanka, aidée par son éditeur qui a un rôle assez important dans l'histoire. Là, elle rencontrera des gens qui changeront sa vie, mais un jour, il faudra bien rentrer au pays...

     

     Il me reste à découvrir bien d'autres livres de Virginie puisqu'elle a déjà publié 14 bouquins. Et puis, il faudra, un jour, découvrir son talent de photographe ! 


    6 commentaires
  • Parmi les auteurs belges qui ont du succès, je cite Barbara Abel. Cette auteure que j'ai découverte en 2016 avec "L'innocence des bourreaux" enchaine les succès. 

    Description de cette image, également commentée ci-aprèsBarbara Abel est née à Bruxelles en 1969. 

    Avant d'écrire des polars, elle a travaillé comme comédienne et a écrit des pièces de théâtre. 

    Elle a sorti son premier roman policier en 2002 : "L'instinct maternel" qui a reçu le prix du roman policier de Cognac. J'avoue ne pas connaitre ce titre. 

    En 2003, son roman "Un bel âge pour mourir" est adapté à la télévision avec Marie-France Pisier et Emilie Duquenne dans les rôles principaux. Je ne connais pas plus ce bouquin ! 

    Ses textes évoquent la plupart du temps des milieux familiaux où règne délits et folie. Le suspense est parfois pesant, présent du début à la fin du livre. 

    Ses romans parus avant 2012 me sont tous inconnus, mais il est encore temps de les découvrir : Duelle - La mort en écho - Illustre inconnu - Le bonheur sur ordonnance - La brulure du chocolat. 

    En 2012 parait "Derrière la haine" que j'ai lu en 2018. Il était suivi de "Après la fin" que j'ai lu deux ans plus tôt. 

    Après "L'innocence des bourreaux", j'ai lu "Je sais pas" et mon préféré jusqu'à présent : "Je t'aime". 

                

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique