• Ta mort comme une aurore par AndriatUne fois de plus j'ai été charmé par l'écriture de Frank Andriat. Coup de coeur pour ce livre inconnu que j'ai découvert par hasard chez un bouquiniste. 

    Brice a 43 ans, né de père inconnu, il a eu une relation fusionnelle avec sa mère bien qu'il ait tenté de s'en détacher. Sa mère l'a littéralement empêché de respirer. 

    Pendant 17 ans, sa mère va trainer un cancer qui finira par la détruire. 

    Lors du séjour à l'hôpital de sa mère, Brice va rencontrer Nuray, une infirmière avec laquelle il vivra une relation amicale et qui l'aidera dans l'épreuve qu'il vit. 

    Après le décès de sa mère, il va rencontrer Naïma, une bibliothécaire divorcée qui a un peu peur des hommes et Albina, une étudiante qui vend ses charmes pour se payer ses études. 

    Parallèlement à cette histoire se développe celle de Vladimir Lepitre un homme détestable et sans scrupules, collègue de Brice et client d'Albina. 

    Les deux hommes se retrouvent en opposition totale. Pour une fois, ce n'est pas le plus fort qui va gagner...

     


    4 commentaires
  • Dumont-Dupuis, un duo à lire cet été | Blog WeyrichVoici un roman bien de chez moi puisqu'il se passe à Louvain-La-Neuve, une cité universitaire que je n'ai jamais eu l'occasion de visiter. 

    Je remercie les auteurs et la maison d'éditions "Noir Corbeau" de m'avoir envoyé ce livre qui m'a fait passer un bon moment. 

    Une histoire policière agréable à lire. 

    Allongé sur un lit, une seringue à ses côtés, l'homme est mort. La porte de sa chambre est fermée à clé. Personne n'a donc pu entrer et le trucider. Affaire classée : il s'agit d'une mort naturelle. 

    C'est sans compter avec celui qui a découvert le mort : un ancien flic à la retraite et aussi un tout jeune policier qui va profiter d'un weekend de 3 jours pour enquêter officieusement. 

    Tout d'abord pourquoi cette seringue sur la table de nuit? L'homme était diabétique. Bon, d'accord, on passe à autre chose. 

    Qui avait la clé de l'appartement? Quelqu'un aurait-il eu le cran de tuer cet homme, de le placer convenablement sur son lit, de nettoyer toute trace de son passage et de refermer la porte derrière lui? 

    Et pourquoi pas quand on sait que le mort n'était pas tout blanc. Il avait trempé dans des affaires de contrefaçons et aimait beaucoup les femmes surtout les jeunes femmes, des étudiantes de l'université prêtes à tout pour gagner un peu d'argent...

    Les enquêteurs emmènent les lecteurs dans différents endroits qu'ils n'attendent pas nécessairement. 

    Un roman bien écrit qui se lit très vite tant le lecteur a envie de dénouer le fil de l'histoire. En 3 jours, l'affaire doit  être bouclée ! 

     


    4 commentaires
  • Les déraisons » d'Odile d'Oultremont - LES LECTURES DU MOUTONVoilà un livre que j'ai pas mal rencontré notamment dans des journaux et des revues. Une scénariste et romancière belge, j'avais envie de la connaitre. 

    Adrien et Louise forment un couple solide. Ils s'aiment comme au premier jour. C'est la lune de miel perpétuelle jusqu'au jour où...

    Jusqu'au jour où Louise, jeune femme un peu excentrique, fantasque,  toujours joyeuse, croquant la vie à pleines dents, est atteinte d'un cancer. C'est la catastrophe, mais Louise est une battante et son mari va l'aider. A eux deux, ils vaincront ! 

    Jusqu'au jour où Adrien est relégué dans un bureau isolé au bout du bâtiment dans lequel il travaille. Il devient inutile et ne rencontre plus personne. Il est l'oublié du service. 

    Sa femme a bien plus besoin de lui que son patron. Il va donc faire l'école buissonnière et ne se rendra plus au boulot. 

    Personne ne remarquera son absence pendant 12 mois ! Adrien a ainsi perçu indûment la somme de 28 400 euros. Un tribunal devra décider si Adrien doit rendre la somme qu'il n'a plus ! 

    Le récit oscille entre l'histoire d'amour de Louise et Adrien, deux personnages qui ne devaient pas se rencontrer, leur lutte contre le crabe et le procès d'Adrien. 

    Un premier roman rempli de tendresse, de sensibilité, d'enthousiasme malgré le thème qu'il développe, poétique et joyeux. 


    5 commentaires
  • La lune éclaboussée, meutre à Maubeuge - Babelio

    Il y a eu "le clair de lune à Maubeuge" cher à Bourvil, il y a désormais "la lune éclaboussée" de Carine-Laure. 

    Maubeuge est, on l'a compris tout de suite, le lieu où se déroulent les événements de ce récit. Maubeuge, une ville frontalière, située à une vingtaine de kilomètres de Mons, que Carine-Laure a l'air de bien connaitre et qu'elle décrit parfaitement, faisant même une incursion dans le zoo et promenant les lecteurs dans les rues de la ville. 

    Des meurtres ont lieu à Maubeuge, tous après 17 heures, sans lien apparent entre eux. Au fur et à mesure que se déroule l'histoire, des liens apparaissent évidemment et tout s'enchaine. 

    Les personnages qui sont nés dans la tête de l'auteure sont très typés. Il y a d'abord l'héroïne, Jenny, professeure de sciences, en attente d'un emploi. Ses moments de liberté, elle les occupe à lire et aussi à écrire. Elle rêve d'écrire un best-seller et l'occasion lui sera donnée grâce à ces meurtres qui ont lieu dans sa ville. 

    Jenny est folle amoureuse de Michel Garnier, un écrivain, mort d'une crise cardiaque. Une crise cardiaque peut être provoquée, non? C'est ce que pense l'héroïne quand elle découvre, dans un livre de l'écrivain, un ticket de caisse sur lequel il a écrit : "Ma vie est en danger. On veut ma mort. Tout mon sang est d'encre."

    Cette phrase va obséder l'héroïne en mal d'aventures qui n'aura de cesse de découvrir la vérité. Le lecteur aussi d'ailleurs ! 

    Autour de Jenny gravite tout un tas de personnages secondaires qui auront quand même un rôle à jouer dans l'intrigue : Tonton et Tontaine, ses protecteurs depuis la mort de ses parents, la fameuse cousine Xavière, la commissaire guine qui a quelque chose à cacher, Olivier, le fils de l'auteur à succès qui n'est pas net du tout, ainsi que sa copine Evelyne, prête à tout pour de l'argent. Puis on trouve aussi le petit ami de Jenny, un infirmier modèle, une cartomancienne qui officie sous un faux nom et une voisine un peu curieuse...

    Les chapitres sont courts, ce qui donne un rythme au récit qu'on a dû mal à quitter tant le lecteur se pose de questions ! 

    Bravo, Carine-Laure, pour ce premier policier qui en appelle un autre. Mais on sait que cette boulimique de l'écriture a plus d'un tour dans son sac. Une auteure à surveiller de près. 


    5 commentaires
  • Je me rends compte que je vous parle d'auteurs belges, mais que je ne parle pas de moi. 

    Trois contes pour enfants, deux recueils de nouvelles et deux romans (le 2e sortira pour l'été) et voici un opuscule (contrainte : le texte devait contenir 5000 mots). 

    Tout frais, tout chaud. "Bon anniversaire, Lola" raconte l'histoire d'une femme de mauvaise vie qui, le jour de ses 60 ans, décide de tout plaquer pour enfin commencer sa vie. Tout ne se passera pas comme prévu...

    Si vous voulez vous procurer cette nouvelle (4 euros + 1 euro de frais de port), vous pouvez commander cet opuscule sur le site de l'éditeur (en cliquant ici) ou lui envoyer un mail si vous n'avez pas de compte Paypal pour régler la facture. 

    5 euros, ce n'est pas grand-chose...

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique