• Aurélien Dony & Claude Raucy, Le temps des noyaux, roman, Éditions M.E.O. 2016 – Traversées, revue littéraireDe Claude Raucy, j'ai lu, notamment, "Le temps des cerises". Le voici avec "Le temps des noyaux". Ce roman n'a pas de lien avec le premier. 

    Pour ce court récit, deux générations se sont réunies puisque Claude Raucy, né en 1939, s'est uni à Aurélien Dony, un poète né en 1993. 

    J'ai beaucoup aimé ce roman que j'ai trouvé plein de sensibilité. 

    Nous sommes en 1918. Franz, un soldat allemand, saute d'un train et se réfugie dans une grange. C'est là que le découvre Julien, le fils cadet de la famille Loizeau dont le fils ainé a été tué dès les premiers jours de la guerre dans l'explosion du fort de Loncin et dont le père, Emile, est déporté en Allemagne. 

    Franz fait partie de la race qui a tué le jeune Loizeau et pourtant Julien décide de le garder, de le nourrir, de le protéger, même s'il sait très bien qu'il risque gros non seulement pour lui, mais aussi pour sa mère et sa grand-mère avec qui il vit. 

    Julien se sent irrésistiblement attiré par le jeune déserteur. Il n'a jamais ressenti rien de tel pour quelqu'un, même pas pour une fille. 

    En 1918, l'homosexualité n'était pas chose courante ou plutôt était considérée comme maladie honteuse. Julien va se battre pour résister à ses sentiments, il sera pétri de culpabilité lorsqu'il lâchera du lest et laissera enfin libre cours à ses sentiments...

    La fin de ce récit n'est pas celle que j'espérais, mais la vie décide souvent elle-même...

    smiley 1

     

    Merci aux éditions M.E.O pour ce nouveau partenariat.  


    4 commentaires
  • Aujourd'hui, nous traversons le parking du château de Lavaux-Sainte-Anne pour nous rendre dans la zone humide. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    Un parcours didactique permet de découvrir la faune et la flore de la région de la Famenne. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    La création de ce milieu semi-naturel est récente. Les deux plans d'eau qui le constituent ont été creusés dans les années 2000 dans le but de concilier tourisme et découverte de la nature. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    Les étangs sont bordés de prairies et bordés, à l'est, par la Wimbe. Plusieurs espèces intéressantes y nichent comme le bruant des roseaux ou la rousserolle. D'autres y séjournent régulièrement comme la grande aigrette. Je n'en ai pas vu malheureusement. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    Tiens, voilà Martin le pêcheur ! 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Des groupes d'insectes s'y sont développés également dont les libellules (on en a recensés 40 espèces jusqu'à présent !). 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    S'il y avait pas mal de visiteurs au château, j'ai pu profiter de cette nature seul ! Pas une âme dans ce lieu féerique ! 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

     

     

     


    7 commentaires
  • Arnal et la gauchère par RondayMyette Ronday est née à Liège, mais elle est installée dans le Lot depuis une vingtaine d'années. 

    Elle m'a contacté par l'intermédiaire de mon blog pour me demander si j'étais intéressé par la lecture de son roman "Arnal et la gauchère". 

    Je la remercie pour ce très beau cadeau, car ce livre est une réelle surprise. 

    Il est annoncé comme un thriller moyenâgeux. Je retirerais le mot "thriller" que je remplacerais par "récit" plus simplement. 

    "Thriller" me fait penser à serial killer, meurtres, sang, enquête, police,... et même si, finalement, le livre est une longue enquête à la recherche de la vérité, il n'a pas grand-chose du thriller ! 

    Nous sommes en 1475 dans le Quercy. Arnal, le prieur de l'abbaye de Neule vient de mourir inopinément. Personne ne s'attendait au décès de cet homme aimé de tous. Cet homme? En fait, lors de la toilette mortuaire, quelle ne fut pas la stupeur d'un des moines de découvrir que celui qui s'est fait passer pour le prieur pendant tant d'années est, en fait, une femme ! 

    Quelle est donc cette créature qui a usurpé la place du prieur? Le diable est-il responsable de l'échange des corps? 

    Les frères Asfeld et Foulques, deux moines bénédictins, sont chargés de l'enquête et débarquent à l'abbaye...

    Le récit se déroule en deux étapes : d'un côté, le lecteur participe à l'enquête au sein même de l'abbaye et de l'autre côté, le lecteur se retrouve 50 ans plus tôt à la fin d'un Moyen Age pétri de croyances diverses, de superstitions, de mariages arrangés, de manants et de maitres. 

    Des personnages forts comme Mascaroze, la Maure, que l'on soupçonne d'être une sorcière, comme Zébélie, cette gamine mariée à 13 ans à un borgne et que l'on dit folle gravitent autour d'Alays, l'amie de toujours et également dame de compagnie de Zébélie ou encore Mathurine qui règne sur tout ce beau monde. 

    J'ai beaucoup aimé l'intrigue ainsi que l'écriture de Myette Ronday. Le vocabulaire a été adapté à la période du récit (chaumine, anachorète, gonelle,...) ou au lieu (denier tournois, doline,...) et le dictionnaire n'est pas de trop. 

    Un excellent livre que je recommande aux amateurs du genre. 

    smiley 1

     

    Ce livre est disponible à la Fnac, au Furet du Nord, sur Décitre et peut être commandé par votre libraire préféré...


    6 commentaires
  • En septembre, nous sommes retournés en Ardennes, toujours à Saint-Hubert, mais dans un autre coin, à côté de l'aérodrome. Nous n'avons vu aucun avion : le temps était épouvantable ! Pas de chance cette fois ! 

    Nous avons quand même profité de chaque période d'éclaircies pour visiter les environs. 

    Nous connaissions le château de Lavaux-Saint-Anne sans l'avoir jamais visité. Nous voilà donc partis pour cette section de la ville de Rochefort dans la province de Namur. 

    Le village est traversé par la Wimbe...

    Lavaux-Sainte-Anne

    ... et est surtout connu pour son château. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    Si j'adore les châteaux, c'est surtout leur extérieur et leurs jardins qui m'attirent. Nous n'avons donc pas visiter l'intérieur. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    La construction du château a débuté en 1450. De siècle en siècle, l'édifice a été renforcé et rénové. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne n'a pas occupé longtemps une position très stratégique.

    Dans le courant de l'été 1463, le château de Lavaux eut à soutenir un assaut des Dinantais. 

     Les magistrats de Dinant infligèrent amendes et bannissement à ceux qui avaient aidé à la défense de Lavaux. Au début d'août 1464, nouvelle expédition dinantaise, plus décisive semble-t-il, contre Lavaux. Si le donjon résista, le reste fut en grande partie détruit. Ce fut la fin de la résistance à Lavaux. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Délaissé par ses propriétaires successifs, le château de Lavaux-Sainte-Anne est en ruine au début du xxe siècle. De 1933 à 1939, une gigantesque restauration est alors menée.

    Lavaux-Sainte-Anne

    Depuis 1933, le château appartient à la « Ligue des amis du château de Lavaux-Sainte-Anne » qui en a fait le musée de la chasse, transformé en musée de la nature en 2005.

    Lavaux-Sainte-Anne

     

    Lavaux-Sainte-Anne

    Le jardin n'est pas grand, mais joliment dessiné et planté. 

    Lavaux-Sainte-Anne

     

    Lavaux-Sainte-Anne

    Des arbres fruitiers taillés ont l'air productifs malgré leur petite taille. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Derrière le château se trouve un parc à daims. 

    Lavaux-Sainte-Anne

    Lavaux-Sainte-Anne

    Nous allons quitter l'enceinte du château, traverser le parking et nous rendre dans la réserve naturelle dont je vous parlerai dans quelques jours. 

    Lavaux-Sainte-Anne

     

    Lavaux-Sainte-Anne

     

    Lavaux-Sainte-Anne


    8 commentaires
  • Voici le 5e livre que je lis de Laurence Amaury, une auteure montoise que je rencontre à certaines occasions. 

    L'auteure a tenu à m'offrir ce recueil de nouvelles et je l'en remercie beaucoup.

    J'ai commencé ma lecture par "Les cinq portes", nouvelle inspirée d'un dessin fantastique de Jean-Pierre Delvaux, dessin qui figure sur la couverture du recueil. 

    Laurence aime les fins ouvertes, moi aussi, et j'ai tendance à laisser aller mon imagination pour terminer l'histoire. 

    Judith rêve d'une maison qui comporte cinq portes. Derrière la cinquième, un homme l'attend. Obnubilée par ce rêve, elle finit par habiter dans ladite maison et recherche la cinquième porte cachée. Elle découvre alors un souterrain qui mène au château dont la muraille jouxte sa maison. Des rencontres mystérieuses suivies d'une disparition. Mais que s'est-il réellement passé? Au lecteur de l'imaginer ! 

    Puis j'ai repris le livre par le début. 

    Quel plaisir de retrouver la plume de Laurence Amaury, un style parfait et inimitable qu'on déguste comme un sorbet ! Une écriture et un vocabulaire qui appartiennent parfois à une époque révolue, un style peut-être suranné que ne pourra qu'apprécier l'amoureux des mots.

    - Bien qu'elle s'en défende, je pense que "Une tour à soi" est largement autobiographique. J'y ai découvert, en tout cas, une mère de famille qui me fait penser étrangement à l'auteure. 

    - Un brin d'inexpliqué dans "Les ciseaux baladeurs" ne pouvait que me plaire ! 

    - Le mental joue sur le physique dans "L'enkystement". Laurence a le don de trouver des titres originaux ! 

    - Des enfants cachés dans un réduit surprennent des conversations d'adultes et par là de secrets qu'ils n'auraient pas dû découvrir dans "Les invités sans visage". 

    - Un rêve éveillé pour "La fièvre du vendredi soir". 

    - Le lecteur croirait à un poème épique pour "Costaeres". 

    - Quant à "L'homme aux statues", il reporte tout son amour et les sentiments qu'il ressent pour sa cousine dans l'achat de statues de femmes nues ou presque. 

    - Les flèches de Cupidon ont blessé les protagonistes de "La nuit aux mille oreilles."

    - Peut-on rencontrer l'âme sœur lors de funérailles? La réponse est "oui" avec "Les funérailles de Gudrun Appeldörfer".

    - La dernière nouvelle "La tour, prends garde" se lit comme un roman moyenâgeux. 

    Note personnelle : 

    En général, je n'aime pas beaucoup les textes courts. Pour moi, une nouvelle doit comporter plusieurs pages de façon à pouvoir entrer dans l'histoire, la vivre avec les personnages qu'il faut apprendre à connaitre voire pouvoir s'identifier à eux. 
    Laurence Amaury écrit des textes longs (plus de 30 pages parfois) et laisse donc le temps au lecteur de laisser courir son imagination. 

     

     


    9 commentaires