• Nous nous retrouvons une fois de plus dans ce magnifique parc historique/géologique/naturel de Furfooz, près de Dinant, pour terminer notre balade. 

    En descendant les escaliers, nous approchons de la Lesse et nous découvrons une petite grotte. 

    Furfooz (3)

    Furfooz (3)

    Cette cavité appelée "trou du frontal" doit son nom au premier os qu'on y a trouvé. 

    Furfooz (3)

    Furfooz (3)

    Continuons notre chemin. 

    Furfooz (3)

    Et voilà la Lesse : 

    Furfooz (3)

    Et il se met à pleuvoir ! 

    Furfooz (3)

    Furfooz (3)

    La balade est tout de suite moins agréable, mais il faut de l'eau. La Lesse est plutôt basse ! 

    Furfooz (3)

    Nous voilà arrivés au Puits des Vaux qui tient son nom d'un ruisseau "le ry des vaux", affluent de la Lesse. 

    La balade se termine sous la douche nationale ! 

     

     


    8 commentaires
  • publier-un-livre.com_1836-un-pommier-sur-la-rive

    J'ai lu le dernier livre en date de Nicole Nisol, auteure qui habite non loin de Mons. Les textes de Nicole sont, en général, courts et percutants. Celui-ci est plus long et ça ne peut que plaire aux lecteurs. 

    L'histoire se déroule en deux temps et à deux endroits. 

    Nicole nous emmène d'abord en Normandie, entre Trouville et Dauville, dans les années 80. Lucie a un mal de vivre qui la mine depuis la fin de la guerre. Elle est un peu absente pour sa fille Julia et se réfugie souvent dans le grenier de sa maison où elle a entreposé des souvenirs dont elle ne parle pas. 

    Que s'est-il passé pour elle pendant la guerre? Et pourquoi garde-t-elle le silence sur les événements qui l'ont amenée là où elle est maintenant? C'est sa petite-fille, Elise, qui dénouera les nœuds du problème. 

    Dans la deuxième partie du livre, Nicole nous emmène en Allemagne, non loin de Cologne. Emma vit avec son père Adriaan. Tout va bien pour eux. Emma a un garçon, Erik. 

    Tout comme Lucie, Adriaan a ses secrets. Il écrit régulièrement des lettres qu'il poste, mais qui lui reviennent. 

    Un jour, Elise, devenue historienne, assiste à la destruction du mur de Berlin. Là, elle rencontre Erik. Le garçon est subjugué par la ressemblance d'Elise avec sa mère...

    Erik emmène Elise chez lui et c'est là que tout va devenir clair et que les secrets des uns et des autres vont être révélés...

    J'ai beaucoup aimé retrouver l'écriture poétique de Nicole, mais je l'ai ressentie différemment que pour ses autres écrits, plus mûre peut-être. Je crois qu'avec ce roman, Nicole est devenue une écrivaine à part entière. 

    Tout au long du récit, le lecteur se demande quels sont les secrets que les protagonistes lui cachent et quels sont les liens qui unissent les personnages des deux parties du récit. 

    Un livre que je recommande chaudement. 

     


    3 commentaires
  • Nous voici partis pour une deuxième balade dans ce magnifique parc historique, géologique et naturel qu'est Furfooz. 

    Nous nous étions arrêtés sur la terrasse qui surplombe la Lesse. 

    Furfooz (2)

    Nous étions en septembre et les couleurs automnales s'installaient déjà. 

    Furfooz (2)

    Furfooz (2)

    Furfooz (2)

    Nous passons de l'époque romaine à l'époque médiévale avec ce mur de barrage. 

    Furfooz (2)

    De là aussi, la vue s'étend, magnifique, sur la vallée. 

    Furfooz (2)

    Nous continuons notre balade.

    Furfooz (2)

    Furfooz (2)

    Et nous nous retrouvons à nouveau sous la domination romaine avec les vestiges de ce mur : 

    Furfooz (2)

    Et la balade continue.

    Furfooz (2)

    L'intérêt géologique et paysager est manifeste.

    Furfooz (2)

    Furfooz (2)

    Pas simple, cette balade. Il faut bien regarder où on met les pieds ! 

    Furfooz (2)

    Furfooz (2)

    Furfooz (2)

    Furfooz (2)

    Eklablog préconisant de ne publier que 15 photos à la fois, je m'arrête ici, mais nous nous retrouverons dans quelques jours pour la fin de la balade. 

     


    7 commentaires
  • Lors de notre petite escapade en Ardenne belge, nous avons poussé une pointe jusqu'au parc de Furfooz malgré une météo plutôt désagréable. Une très jolie balade qui s'est terminée sous la douche ! 

    Furfooz

    Le parc de Furfooz est situé dans la vallée de la Lesse, non loin de Dinant. 

    A travers une balade d'environ 4 km, le parc invite à la découverte d'un patrimoine archéologique, naturel et géologique. 

    Furfooz

    Commençons par les thermes romains. 

    Furfooz

    Une forteresse et des thermes ont été érigés dans ce parc à la fin de l'époque romaine. De ces constructions, il ne restait que des ruines. Les thermes ont été reconstruits en 1958.

    Furfooz

     

    Furfooz

    Furfooz

    La balade au coeur du parc est très agréable (attention ! pas facile pour ceux qui se déplacent difficilement !). Les couleurs d'automne étaient déjà présentes en septembre. Une merveille ! 

    Furfooz

    Sur le plateau, à l'origine occupé par la forteresse romaine, il ne reste que des ruines : tour, maison forte, mur romain,...

    Furfooz

    Des panneaux explicatifs renseignent sur ce qu'on peut voir, mais je conseille aux visiteurs d'acheter le petit guide qui permet de tout savoir sur le site. 

    Au cours du XIIIe siècle, l'apparition des châteaux forts tel celui de Vêves fait perdre à Furfooz sa vocation défensive et l'éperon rocheux se voit peu à peu délaissé. 

    Au fil des siècles et des millénaires, la Lesse a creusé toute une série de grottes dont certaines ont été occupées par l'homme jusqu'à l'époque médiévale ! 

    La première que nous rencontrons est le "trou du grand duc" d'où nous avons une magnifique vue sur la vallée. 

    Furfooz

     

    Furfooz

    Quelques marches à descendre et c'est ... waouh ! 

    Furfooz

    Furfooz

    Furfooz

    Furfooz

    Furfooz

    Furfooz

    Je serais bien resté là en contemplation, mais il fallait continuer la balade ! Allez, on remonte et on se retrouve dans quelques jours pour un autre épisode de cette balade que j'ai adorée ! 

    Furfooz

     

     


    7 commentaires
  • Nicole Nisol habite Dour, non loin de Mons. Nous nous sommes rencontrés, un beau jour, à un salon littéraire. Je lui ai acheté un roman que j'ai beaucoup aimé. Il s'intitule "Mon anagramme". Et depuis, nous sommes restés en contact. 

    Ensuite, je lui ai acheté "Comme un vieux télégramme", une très belle histoire d'amour sur fond provençal. 

    Cette fois, je me suis attaqué à ses nouvelles et je dois dire que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ses textes courts. Nicole a une plume et une sensibilité inimitables. J'aime beaucoup son style et ses histoires, très différentes les unes des autres, donnent beaucoup de plaisir à ses lecteurs. 

     

    Des nouvelles de Nicole Nisol

    1) J'ai commencé ma lecture par "Alex" car je voulais voir si le héros homonyme du mien (dans"Un grand champ de nuages blancs")avait, avec lui, quelques similitudes. Mais alors pas du tout ! 

    Nicole Nisol décrit la différence (je ne vous dirai pas laquelle pour garder du suspense) avec beaucoup de délicatesse. J'ai beaucoup aimé sa façon de raconter l'histoire basée sur un phénomène de société. 

    Même si le livre est court, il n'est pas exempt de suspense et d'interrogation. Il faut un moment au lecteur pour découvrir qui est vraiment Alex ! 

    Bravo Nicole, c'est très réussi ! 

    2) Dans la foulée, j'ai lu "La balançoire", une plongée dans le passé de l'héroïne, un compte à rebours qu'on vit avec elle sur les traces de son passé et des non-dits. Une histoire très bien développée, même si elle est courte.

    2e coup de chapeau pour cette nouvelle. 

    3) Ensuite, j'ai relu avec plaisir "Kaléidoscope" (que j'avais déjà lu avant sa parution). C'est également une plongée dans le passé de l'héroïne, mais décrite différemment. 

    L'héroïne est une auteure provençale d'origine belge (on remarque bien l'affection qu'a l'auteure pour la Provence) qui revient en Belgique après la mort de son père. Elle replonge dans ses souvenirs tout en se baladant dans son village natal. 

    Une nouvelle qui montre, s'il est encore besoin de le démontrer, comment l'enfance est primordiale et joue sur l'avenir de chacun. 

    C'est peut-être le texte qui m'a le plus marqué car, le lecteur y découvre, en filigrane, un peu de l'auteure. 

    Un grand coup de chapeau pour ces 3 nouvelles que j'ai lues avec un plaisir non dissimulé. 

    Des nouvelles de Nicole Nisol

    Il me reste à lire le dernier roman de Nicole : "Un pommier sur la rive", mais je préfère ne pas manger tous ses bonbons en une fois. Je me le réserve pour plus tard comme une pâtisserie qui tente le gourmand à chaque fois qu'il ouvre le frigo. 

    Ils ne sont pas bien, les auteurs belges? Amis français, ne tardez pas à les découvrir ! 

     

     

     


    4 commentaires